Chaque jour, même ici à Barjac, des gens nous disent :
- Qu’est-ce que j’ai appris, vous ne faites plus Chansons de Parole ?
Il est temps d’éclaircir les choses.

Depuis bien des années, en ce début avril, ce site s’actualisait tout à coup,
dévoilant la  programmation de Chansons de Parole et la petite phrase en filigrane
qui en dessinait le fil conducteur.
Pendant que s’envolait vers les amoureux du festival la carte postale tant attendue.
C’était toute une philosophie qui se dégageait à travers une phrase poétique chargée de sens.
C’était la recherche d’harmonie, de filiations entre les différents artistes. De liens, de complicités, de découvertes, de rencontres, de moments à trouver pour que la magie se passe…
Nous sommes heureux du temps, de l’énergie, de l’enthousiasme donnés pendant ces vingt années et du résultat obtenu. Quelle belle histoire s’est forgée là petit à petit ! Quelle réputation s’est installée dans toute la francophonie de ce festival pas comme les autres ! Anne-Marie y mettait tant, tout au long de l’année, de ce qu’elle pouvait en disponibilité, en gentillesse, en rigueur aussi, qu’elle arrivait éreintée à la veille du festival. Mais quelle joie, chaque été, de retrouver l’équipe de régisseurs professionnels, tous dévoués à la cause, et tous les bénévoles débarquant d’un peu partout, gonflés à bloc pour que le feu d’artifice soit plus éclatant que jamais.
A lire la presse et le courrier, les dernières éditions montaient chaque fois d’un cran. Et la vingtième n’a pas été la moindre.
Mais pour quelques personnes, c’était trop. Je prenais trop de place. Tout à coup, moi dans la lumière, Anne-Marie dans l’ombre, tout a été bon pour nous accuser de la rage.

Oui, nous avons été écartés du festival que nous organisions à Barjac depuis 20 ans.
Non, nous n’arrêterons pas Chansons de Parole pour autant !
Quand je dis nous, c’est évidemment Anne-Marie et moi qui étions visés, mais aussi d’autres membres de l’association, du conseil d’administration et du bureau qui l’ont été et ont suivi.

Oui, nous avons été écartés et de manière très peu élégante… par une partie de l’association Chant libre, qui a montré nombre de dysfonctionnements et d'irrégularités.
Après notre communiqué du 1er octobre 2015, nous n’avons pas voulu entrer dans la polémique qui s’est développée sur le net, dans les échanges sur Facebook et autres chroniques ou listes de discussions.
Même si nous avons été choqués et blessés par les déclarations mielleuses et hypocrites, les propos fallacieux, les commentaires injustes, le tout n’est pas d’avoir une belle plume, encore faut-il savoir dans quelle encre on la trempe…
Nous avons eu beaucoup de défenseurs aussi et finalement, toutes ces attaques ont été bien peu de choses par rapport aux pages et aux pages de témoignages et de soutiens que nous avons reçus de toutes parts.

Un autre festival va donc se dérouler à Barjac et nous n’en serons pas. 2016 sera pour nous une année de réflexion, avant d’autres projets et avec une équipe qui se reforme autour d’une nouvelle association intitulée cette fois « Chansons de Parole ».
Certains se sont étonnés que je garde le nom de Chansons de Parole que j’ai créé en 1996, il y a vingt ans. Si ce nom, je l’ai déposé, c’est justement pour le faire perdurer sans qu’il perde son sens. Cette chanson-là, j’ai naturellement l’intention de continuer à la chanter… à la défendre.
Les quelques personnes (6) qui ont décidé, en septembre dernier, de changer d’animateur, n’ont pas compris tout de suite qu’ils décidaient de changer d’âme. De toutes façons, pour eux, la ligne « chansons de parole » était devenue obsolète.
Et même s’ils essaient de récupérer quelques signes emblématiques, qu’ils se détrompent, Jean Ferrat n’a jamais chanté de « chanson de caractère »…

Le pouvoir, quel qu’il soit, n’aime pas les émancipés, ni les rebelles.

Pour ma part, je n’ai pas le sentiment d’avoir fait d’ombre à quiconque. Je continuerai à profiter de mon métier d’artiste pour le partager avec les autres, je continuerai à être de tous les combats qui me semblent dignes, je continuerai à aller de l’avant pour trouver les mots et porter parole.

Ce site se réveille aujourd’hui. Il restera aussi la mémoire de ces vingt années pour que tous puissent en retrouver les traces. Nous vous remercions avec tendresse et amitié, vous tous qui nous avez accompagnés, soutenus et qui avez partagé cette aventure avec nous par votre énergie, votre confiance et votre estime. Nous savons que nous nous reverrons.

Cabiac, le 2 avril 2016

JOFROI

 

 

 

 

photo : Béa Tristan
Chansons de Parole 2016 n’aura pas lieu…